Non-Portrait Photo Masterclass

Le non-portrait pour moi est celui-ci d’une personne disparue depuis peu, ma grand-mère maternelle, dont j’étais très proche qui était un refuge, un repère. Cette démarche m’a poussé à aller chercher l’autre en soi-même et à se rejoindre en lui. Que nous reste-t-il de la personne une fois disparue ?
Je suis donc partie à sa recherche, à la recherche de mon enfance, des valeurs qu’elle m’a transmises au travers de petits objets, de ma mémoire, au travers du regard de ma fille, qui a réalisé mon portrait pour ce triptyque.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Ce polyptique constitue un non-portrait de ma mère. Pourquoi ma mère ? Pourquoi maintenant ?

J’ai rompu avec ma famille à 18 ans et renoué seulement, passé la cinquantaine. Aujourd’hui ma mère à 89 ans et depuis 3 ou 4 ans ses forces déclinent rapidement, désagrégeant peu à peu une personnalité assez dure, souvent insensible aux autres, sauf s’ils sont dans le malheur. Mais ce déclin a mis à nue également, par intermittences, son essence. Essence que j’ai toujours connu prompte aux émerveillements que peut offrir le monde.
Elle m’a donc transmis une part de noirceur et une part de lumière.

Ce sont ces deux parts et leur mélange en un clair-obscur changeant que ce non-portrait évoque.

Je tente également d’y évoquer la fragilité de cette essence que je vois palpiter de plus en plus faiblement comme le font les ampoules en fin de vie. Fragilité de l’être ou de l’essence que je ressens aussi en moi.
Comment ses images sont nées ?
Je suis parti de l’image de gauche, un peu sombre, dure. J’y perçois l’éloignement de ma mère,  la distance émotionnelle qu’elle a eu avec moi enfant et aussi sa marche vers le néant.
Les 4 autres images, à droite, évoquent la part plus lumineuse,  des éclats de cette beauté du monde que l’on peut cueillir n’importe où autour de nous, même dans les choses les plus simples. Et dans ce clair-obscur dont j’ai parlé plus haut, clair-obscur qui m’aide a suggérer, aussi, la fragilité de notre être.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le non-portrait est en moi, ce n’est plus une surface lisse et vaine ni une forme vide de sens. C’est un bouillonnement, une expérience mystique et sacrée.
Une tentative de rencontre avec moi-même.
Le chemin est long, les mirages nombreux. Mais il n’y a plus de hasard, ni de coïncidence.
Je me suis confrontée au réel, j’ai convoqué mon audace pour dévoiler des bouts de moi.
Je le vis comme un face-à-face fusionnel. Quoi de plus personnel qu’engager mon corps ?
C’est une collision épidermique somptueuse et délicieuse.
Comme un été est sans fin.  Un sentiment d’éternité.

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Portrait sans masque, sans faux-semblants, sans protection… Portrait en vérité… Vérité de qui regarde… Vérité de qui est regardé…
 
Vérité d’un jeune homme dans l’arène… Vérité de son face-à-face avec l’animal… Vérité face à la mort…
 
Vérité en forme de fragment… Fragment de l’enfance… Fragment d’un tout… Tout ce que l’on est absolument…
 
Et sa trace, écrite sur le sable

Avis

Ce Masterclass m’a poussée  au-delà de mes limites. Cela m’a montré l’importance de la démarche. J’avais souvent tendance à chercher un esthétisme plutôt qu’un propos, à photographier intuitivement sans trop réfléchir en amont. Cela m’a montré l’importance de se baser sur soi, sur ses valeurs afin de photographier avec honnêteté quel que soit l’axe qu’on ait choisi. Fany Magna

Ce Workshop a été l’expérience la plus intense que j’ai vécu depuis des années. Je le déconseille à ceux pour qui la pratique de la photo n’est qu’une distraction, un divertissement. Aux autres, je peux dire d’expérience qu’on y acquiert des repères pour tenter de faire des photos au plus près de ce que nous sommes profondément. Hugo Lott

William est un être doté d’un DON de clairvoyance qu’il met à profit avec bienveillance et puissance.  Avec virtuosité il sait nous guider à convoquer l’intime en nous, l’essence de nos émotions une fois dépassé les états extérieurs, ces tempêtes bouleversantes qu’il est nécessaire d’accepter tant que l’eau est vie. L’expérience n’est pas neutre !!! Sophie Brayard